Quand demander un 80% après un congé maternité ?

Le congé parental partiel auquel un salarié a droit après une naissance ou une adoption dépend essentiellement de son ancienneté. Le salarié peut demander à son employeur d’alléger ses horaires de travail et cette situation impacte sa rémunération. Quand faut-il demander un 80 % après un congé maternité ? Voici les conditions pour en bénéficier, les avantages affiliés et la procédure à respecter.

Les conditions pour demander un 80 % après un congé maternité

A lire en complément : Qu’est-ce qu’un justificatif de situation professionnelle ?

Pour demander un congé parental partiel 80 % après un congé maternité, le salarié doit justifier d’au moins un an d’ancienneté dans l’entreprise. Pour rappel, cette durée d’ancienneté est calculée à partir de la date de naissance de l’enfant ou dès l’arrivée de l’enfant dans la famille (pour une adoption).

Le père et la mère peuvent demander simultanément un congé parental partiel 80 %. À défaut, tout salarié de l’entreprise qui a en charge l’éducation d’un enfant peut bénéficier de ce droit parental. Le salarié peut demander à son employeur un congé parental partiel 80 % quand le congé d’adoption ou de maternité prend fin.

A lire également : Quel lit cododo utiliser après 6 mois ?

Les avantages et inconvénients de cette demande

Demander à son employeur un congé parental partiel 80 % a des avantages, mais il y a aussi des inconvénients pour le salarié.

Les avantages de demander un congé parental partiel 80 %

Le premier avantage dont le salarié peut bénéficier avec le congé parental partiel 80 % est l’équilibre vie professionnelle-vie personnelle. En effet, ce congé vous permet de gérer au mieux, autant vos responsabilités dans l’entreprise que celles dans votre famille. Ensuite, demander un congé parental partiel 80 % est une bonne idée pour passer du temps avec les enfants.

Dans le cadre de l’adoption ou d’une naissance, le salarié est impliqué dans la vie de l’enfant et peut s’occuper convenablement de son éducation. De plus, ce droit parental permet au salarié de bénéficier d’une meilleure flexibilité. Il choisit ses horaires (en accord avec l’employeur) en fonction des besoins de l’enfant ou de son foyer.

Cela est particulièrement avantageux pour assister aux rendez-vous médicaux des enfants en cas de maladie. En outre, le salarié fait des économies grâce à ce congé parental partiel, car il n’engage pas les services de garde d’enfants.

Les inconvénients de demander un congé parental partiel 80 %

Comme le nom l’indique, l’inconvénient majeur de ce congé parental partiel est la réduction de la rémunération. Le salaire est réduit d’un certain pourcentage (20 %) parce que la durée de travail diminue. Cela peut avoir un impact sur votre budget, notamment pour assurer les dépenses relatives à la naissance ou l’adoption de l’enfant.

Ensuite, la charge de travail est excessive, car le salarié doit être sur deux fronts. Tout en veillant à l’éducation des enfants, il doit exécuter les tâches de son employeur. Il y a donc un risque de surmenage, surtout pour un salarié qui n’a jamais adopté ce mode de vie.

Comment faire sa demande de 80 % après un congé maternité ?

congé maternité

Le salarié qui souhaite demander un congé parental partiel 80 % après un congé maternité doit informer son employeur dans une lettre. Vous devez envoyer une lettre à l’entreprise, recommandée avec accusé de réception ou délivrée en main propre contre une décharge. Pour demander ce congé, le salarié mentionne dans la lettre la date de début et la durée correspondant à la période d’activité à temps partiel.

Par ailleurs, vous devez informer votre employeur au moins trente jours avant la fin du congé maternité. L’entreprise ne pourra alors pas refuser, car cela fait partie de vos droits dans un contrat de travail. Toutefois, l’employeur peut s’opposer à la durée dudit congé parental partiel et aussi aux nombres d’heures de travail.

Les critères à remplir pour bénéficier d’un temps partiel à 80% après un congé maternité

Pour pouvoir bénéficier d’un temps partiel à 80 % après un congé maternité, il y a certains critères que vous devez remplir. Vous devez avoir travaillé dans l’entreprise pendant une durée minimale de six mois avant le début du congé parental.

La demande doit être adressée par écrit à l’employeur au moins trente jours avant la fin du congé maternité et mentionner la durée ainsi que les horaires de travail souhaités.

Pensez à bien noter que le temps partiel ne peut pas dépasser une période de douze mois maximum. Il est possible pour le salarié de renouveler sa demande chaque année jusqu’à ce que son enfant atteigne l’âge de trois ans.

En tant qu’employeur, celui-ci ne peut pas refuser la demande si elle remplit les conditions légales requises. Si tel est le cas, cela pourrait constituer une discrimination fondée sur la situation familiale et entraîner des poursuites judiciaires.

Demander un temps partiel à 80 % après un congé maternité nécessite certainement des démarches administratives rigoureuses, mais permet aux nouveaux parents d’avoir plus d’équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie privée, tout en respectant leurs droits légaux accordés par l’État français.

Les alternatives au temps partiel pour concilier vie professionnelle et vie de famille après un congé maternité

Si le temps partiel à 80% n’est pas une option envisageable pour concilier vie professionnelle et vie de famille après un congé maternité, il existe d’autres alternatives.

La première possibilité est de demander à l’employeur la mise en place du télétravail. Cette solution permet au salarié de travailler depuis son domicile selon des horaires définis avec l’employeur. Cela peut être une solution intéressante pour les parents qui souhaitent pouvoir s’occuper de leur enfant tout en travaillant.

Une autre alternative est le cumul emploi-retraite progressif, qui offre aux personnes âgées d’au moins 60 ans la possibilité de réduire leur temps de travail tout en touchant une partie de leur retraite.

Les parents peuvent aussi opter pour le congé parental d’éducation. Ce dernier permet au parent qui élève seul son enfant ou aux deux parents ensemble, dont l’un a cessé ou réduit son activité professionnelle, d’avoir droit à un congé payé jusqu’à ce que l’enfant atteigne ses trois ans.

Vous devez savoir que la conciliation entre vie privée et vie professionnelle passe par une meilleure prise en compte des besoins familiaux des salariés. Il revient donc non seulement aux futurs parents mais aussi aux entreprises d’étudier toutes les solutions possibles afin que chacun puisse concilier efficacement sa vie privée et professionnelle sans subir aucun préjudice, ni personnel ni professionnel.